GHS

L’exposition à des produits chimiques dangereux est l’une des menaces les plus graves auxquelles sont confrontés les travailleurs et les consommateurs. Pour éviter tout dommage, de nombreux pays ont élaboré des lois qui tiennent compte de l’existence de ces dangers de façon correcte par le biais de l’étiquetage et de la fiche de données de sécurité. L’existence de différentes méthodes de communication des risques dans chaque pays a mis à jour la nécessité de mettre en place un système harmonisé pour unifier les critères dans le monde entier. SGH fournit un ensemble de recommandations qui visent à unifier les critères de classification des produits chimiques dans le monde entier.

Toutefois, cette harmonisation des systèmes de classification et d’étiquetage est une tâche complexe, le GHS ne pouvant être utilisé directement dans le monde entier, puisqu’il s’agit simplement d’une recommandation qui n’a pas de validité juridique.

Chaque pays intègre le SGH à son système de réglementation : CLP dans l’Union européenne, SIMDUT au Canada, HCS 2012 aux États-Unis et dans de nombreux autres pays (Argentine, Uruguay, Mexique, Brésil, Australie, Japon, Suisse, Turquie...)

Il existe donc des différences entre les pays et entre les adaptations faites par chaque pays et le SGH des Nations Unies.

Par conséquent, aujourd’hui, il est encore nécessaire de procéder à la classification et à l’étiquetage selon la réglementation en vigueur dans le pays concerné, mais aussi de satisfaire aux exigences spécifiques pour les fiches de sécurité (format, langue et contenu).

SIAM met à la disposition de ses clients des adaptations différentes de son propre système de classification et de sa fiche de sécurité pour ne pas risquer de mettre en péril des opérations internationales coûteuses pour un problème de non-conformité réglementaire.

En savoir plus sur les 50 modifications législatives dont dispose Chemeter.